Avis

La voix des loups (Le loup de Fontainebleau -4-) — Alessia Dan & Paula Stefan

Couverture et présentation :

Les nuits d’Argjay sont devenues bien agitées ! Jordan et Jayrel, désireux d’aider l’enfant, plongent une fois de plus au cœur du danger. Entourés d’ennemis, l’amour et l’amitié restent leur arme la plus puissante pour protéger ce louveteau si particulier et important pour l’avenir de tous.

Éditeur : auto-édition
Numérique : 5€99
Pages : 198
Sortie : 15 juin 2021

Avis :

Je remercie les autrices pour ce service presse. Lorsque Alessia est venue me trouver pour me proposer ce tome 4, j’étais un peu embêtée parce que je n’avais pas encore lu le tome 2 mais ça m’a fourni le prétexte idéal pour le sortir de ma PAL, il attendait sagement depuis un moment.?

Je vais limiter les spoilers au maximum mais vous pouvez toujours retrouver mes avis pour les tomes précédents ici : P’tit loup, Les fils de Séléné & La prophétie des loups.

Comme j’ai déjà pu le mentionner, le couple phare de cette série, Jayrel/Jordan, a pas mal contrarié mon concept de la romance mais dans ce tome 4, ce qui me gênait est enfin un lointain souvenir. Remarquez, la romance n’est toujours pas centrale à l’histoire et se fait bien plus discrète ici. Ceux qui aiment bien que ça reste en second plan y trouveront leur compte. Pour les autres, l’intrigue bien ficelée et dynamique devrait compenser, au besoin, cette discrétion. Nous retrouvons aussi des personnages secondaires fort sympathiques comme Darcy (oui, celui-ci, je l’aime bien depuis le début).

Toujours palpables dans les écrits d’Alessia Dan et Paula Stefan, les émotions sont encore au rendez-vous pour cet ultime tome. Et je crois bien que c’est ce que j’apprécie le plus dans leurs écrits : leur capacité à transmettre les ressentis des personnages au lecteur.

La voix des loups nous offre une course effrénée où beaucoup de vies sont en jeu et où on n’a que peu de temps pour souffler. Les événements s’enchaînent. Ce qui n’avait pas trouvé de réponse précédemment semble se résoudre au fil des pages.

A qui faire confiance ? C’est la grande question qui va animer Jayrel et Jordan alors que l’étau se resserre sur eux et sur Argjay. La voix des loups intègre un élément que j’aime beaucoup croiser dans mes lectures paranormales : les esprits. C’est avec plaisir que j’ai suivi la résolution de phénomènes bizarres qui entourent le jeune loup et du reste des aventures mouvementées de nos héros.

De plus, les notions de bien et de mal sont avancées par le biais de nuances telles que je les apprécie, difficiles à distinguer donc.

Si vous avez aimé les tomes précédents, il y a de fortes chances pour que celui-ci vous plaise encore plus puisque c’est la conclusion parfaite pour cette série.

Note : 18,5/20.


Extrait : (premières lignes)

Dans ses voyages oniriques, Jordan ressentit la sensation d’un poids sur ses jambes. Persuadé de rêver, il se força à s’éveiller, tentant de repousser cette gêne de son pied. Il constata pourtant au bout de quelques secondes que l’obstacle était bien réel.
— Jayrel ! Qu’est-ce que tu fous au pied du lit ? ronchonna-t-il d’une voix ensommeillée, tu prends toute la place !
— Tu délires ou quoi ? Je n’ai pas bougé.
Jordan ouvrit les yeux et tourna la tête pour rencontrer le regard de Jayrel qui l’observait avec un brin de rancune au fond de ses iris rendus brillants par les reflets de la lune.
— Il y a quelqu’un au pied du lit, murmura-t-il.
— Tu fais un cauchemar, c’est tout !
Jordan, vexé, se redressa puis alluma sa lampe de chevet afin de vérifier. Il aperçut Argjay couché en travers du lit. L’enfant dormait, recroquevillé sur lui-même, transi dans son pyjama.
— Qu’est-ce que tu fais là, bonhomme ? demanda Jordan en le secouant avec douceur.
— J’ai peur… Il y a quelqu’un dans ma chambre, répondit-il en se frottant les yeux.
Jayrel se redressa à son tour, contrarié, le visage sévère.
— Retourne te coucher ! Il n’y a personne ! Ce n’est qu’un mauvais rêve. Je t’ai déjà dit de ne pas entrer ici sans y avoir été invité.
— Arrête, bon sang ! Ce n’est qu’un enfant ! s’emporta Jordan, c’est cruel de le traiter comme ça.
— C’est un loup, Jordan ! Il doit apprendre à affronter ses peurs.
— C’est vrai, un louveteau, comme tu l’étais à son âge. Cependant, ni ta mère ni moi ne t’avons traité comme ça.
Il se tourna vers Argjay les mains tendues.
— Viens près de moi.
L’enfant ne se le fit pas répéter deux fois et rampa jusqu’à Jordan pour aller se blottir dans ses bras. Celui-ci prit un instant pour le rassurer à voix basse, puis finit par l’installer à sa place avec des gestes doux tandis que lui-même se levait.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s