Avis

L’Érasme — Michel Masméjean

Couverture et présentation :

122566477_3396753930437941_7579365317723712245_n

Nous sommes en 2020, l’histoire débute sur les quais de Marseille. Manuel, écrivain en perte d’inspiration, entreprend un voyage en tant que passager, à bord de L’Érasme, cargo porte-conteneurs qui se rend à Shanghai. Il est convaincu que cet isolement lui permettra de retrouver la fluidité de sa plume. Ses vœux seront exaucés au delà de ses espérances. Il trouvera au cours de ce long trajet tous les ingrédients pour façonner et rédiger un roman imprégné d’aventures, d’intrigues, d’amour, de rebondissements et d’événements comme cette terrible pandémie du covid 19, un virus qui déferla, cette année-là, sur toute la planète.

Éditeur : auto-édition
Papier : 20€
Pages : 280
Sortie : septembre 2020

Avis :

Voici le dernier né de Michel Masméjean qui nous entraîne sur un cargo, en compagnie de marins fermés à la discussion et effrayés par la possibilité de voir leurs vies trop enjolivées par la plume d’un romancier.

Manuel ne sait pas trop à quoi s’attendre en grimpant à bord de L’Érasme mais il est surtout surpris par l’accueil assez froid qu’il reçoit alors qu’il est le seul passager de plaisance à bord. Il comprend très vite que s’il veut trouver matière pour rédiger un roman et vaincre son syndrome de la page blanche, il va devoir s’investir et convaincre le personnel du cargo de se livrer à lui.

Il va se heurter à quelques difficultés de communications puisque les marins ne parlent pas tous des langues que Manuel maîtrise. Cependant, l’inspiration va finir par pointer le bout de son nez, probablement bien aidée par l’absence d’activités sur le cargo mais cela ne sera pas pour autant facile de générer un texte acceptable.

Comme dans tous les romans de l’auteur, le héros vit une aventure parfois rocambolesque mais souvent enrichissante pour lui-même. Le coronavirus va bouleverser ses plans déjà bousculés par l’attitude revêche d’un membre d’équipage. Manuel ne s’attend pas à une telle déviation de son projet initial, ce qui l’oblige à revoir sa façon d’envisager la vie et l’avenir.

Un moment de lecture sympathique sur terre comme en mer avec une fin comme je les aime : encourageante et pleine d’espoir. Un roman parfois contemplatif (introspection de Manuel), parfois dans l’action (péripéties toujours mouvementées) mais qui saura plaire aux amoureux de la mer et des voyages en général.

Note : 15/20.

Retrouvez les livres de l’auteur sur son site internet. Si vous êtes sensible à l’art graphique, jetez un œil à ses peintures. 🙂


Extrait :

Il n’avait jamais subi les affres de la page blanche, ce moment détestable où, les doigts suspendus au-dessus du clavier, rien ne sort.

Il réfléchissait, il tentait de se rassurer en pensant au travail que cela entraînait de confectionner un roman. Écrire une histoire est une sacrée entreprise se répétait-il. Les gens n’ont aucune idée de la souffrance que l’on s’impose, tout le temps que l’on passe à se monter le bourrichon, à créer un semblant de littérature, à ficeler les phrases entre elles comme le fait un boucher avec son rôti de porc.

5 commentaires sur “L’Érasme — Michel Masméjean

  1. Le boucher avec le rôti de porc 😁😅. Merci, je viens de me prendre une crise de fou rire.
    J’aime beaucoup les livres voyageurs. Alors merci pour ce partage, ma liste s’allonge.
    Tu lis 4 bouquins pendant que j’en savoure un, ça devient compliqué 😁😘

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s