Divers

[Blabla] Gestion de la PAL (pile à lire)

Bonjour à vous. J’espère que vous allez bien.

a l interieur arriere plan collection couleurs

En tant que lectrice avide de nouvelles histoires, je cumule un certain nombre de livres à lire. Comme la plupart des gros lecteurs, j’imagine.

Mon budget est quasiment illimité pour les bouquins (en vérité, il ne l’est pas, il est surtout variable) et je ne peux pas m’empêcher d’ajouter beaucoup trop de livres dans mes étagères.

Mais je voulais préciser ce point parce que je sais que j’ai beaucoup de chance même si je n’en use pas forcément de la bonne manière.

L’année dernière, déjà, voire même avant, j’en ai eu marre de cumuler physiquement comme numériquement, des PAL vertigineuses. J’avais fait du tri mais je reconnais que le confinement n’a pas aidé dans la gestion de ma pile à lire.

Chacun fait comme il veut. Il est possible d’avoir des tonnes d’ouvrages qui ne seront jamais lus, ou de prévoir uniquement les livres qui seront lus dans les semaines à venir ou encore d’acheter seulement un livre et de s’en procurer un nouveau uniquement quand il est lu.


Avant d’entrer dans le vif du sujet, j’ai rédigé ces lignes en juillet mais Babitty, du blog  Histoire naturelle de bibliophiles, a fait un article que vous pouvez retrouver ici, qui parle de l’influence de la sphère littéraire sur son rapport à la lecture qui m’a rappelé que j’avais cet article en stock. Je profite de l’occasion pour vous expliquer comment j’en suis arrivée à avoir/vouloir autant de livres depuis que j’ai le blog.


En 2013, alors que j’étais enceinte de mon second enfant, je me suis remise à lire de manière régulière. J’ai commencé par récupérer toute la collection de Harlequin (qui étaient à ma mère). Je les ai tous relus. Ma mère, donc, a décidé de dénicher d’autres Harlequin qu’elle réussissait à trouver à 10 centimes pièce. Autant vous dire que j’ai atteint rapidement un nombre considérable de romances : environ 800 lorsque je me suis décidée à les compter. Peu importe parce qu’au final, je les lisais. Ce sont des livres assez courts, faciles à lire, de fait, j’en lisais plusieurs par jour.

J’en ai déjà parlé sur le blog mais cela a contribué à me faire consommer le livre comme j’aurais pu manger du chocolat.

En 2017, j’ai voulu créer un blog. Je me suis aventurée sur d’autres sites (je suivais quelques pages livresques sur FB), de plus en plus de sites, ce qui a augmenté les tentations et mes achats. On peut voir le positif et considérer que j’ai élargi ma zone de choix au niveau des lectures. Cependant, ma PAL est effectivement beaucoup plus conséquente depuis et ça ne s’améliore pas. Je suis une influencée, plus qu’une influenceuse.

J’ai séparé, il y a quelques jours, les livres que je me suis procurée moi-même de ceux qu’on m’a donné. Au 1er septembre, j’avais donc 263 livres dans ma PAL, cumulés sur ces sept dernières années. Ce qui est énorme. Je n’ai pas compté le reste… et ce sont uniquement ceux que j’ai dans mon salon.

Place aux avantages et aux inconvénients des PAL à la hauteur inimaginable. (liste non exhaustive)


Les avantages d’une immense PAL :

  • Avoir le choix : en général, ça permet au lecteur de prendre un livre au gré de ses envies : manga, polar , romance, thriller, poésie, essai, etc.
  • Être sûr de ne pas manquer de livres : cela peut être rassurant de voir qu’il y en a pour plusieurs mois ou années de lecture.

Les inconvénients d’une PAL vertigineuse :

  • Trop de choix : en contradiction totale avec ce que j’ai énoncé précédemment. Il arrive parfois que le fait d’avoir trop de livres soit un problème. Lorsque vous traversez un passage à vide, une panne de lecture, ça peut tourner au cauchemar.
  • La visibilité : ça rejoint le point du dessus mais quand votre PAL est composée de centaines de livres pas forcément très accessibles, il est plus dur de se poster devant et de sélectionner l’ouvrage qui retiendra votre intérêt.
  • L’économie et l’écologie : même si ce n’est pas régulier, il m’arrive de penser à cet argent gaspillé dans ces livres délaissés et à l’impact écologique que laisse cette surconsommation.
  • L’impossibilité de relire : c’est un choix évidemment mais il se trouve que je n’ai pas le temps de relire des bouquins que j’ai appréciés parce que j’en ai trop à découvrir. Ça me donne toujours l’impression de gâcher de précieuses minutes si je relis. (A prendre avec des pincettes, souvent ça reste plaisant de relire une histoire qu’on a aimée.)
  • Lire mécaniquement : c’est encore un point très personnel dans l’approche de la lecture. Parfois, je lis en mode automatique, au point de ne même pas savourer l’histoire parce que ma tête est dans le prochain livre que je veux découvrir, par exemple.

Quelques pistes à explorer pour vider sa PAL :

  • Se fixer des objectifs : cela peut être de lire X ouvrages sur le mois ou encore de définir une liste précise, un peu comme mon défi personnel de « liquidation » avec une petite pile de cinq livres par mois. On ne peut pas dire que ça fonctionne très bien mais je ferai un bilan à la fin de l’année dessus.
  • Participer à des challenges à thème proposés par des blogueurs ou des booktubeurs : je ne le fais pas parce que je sais que je ne m’y tiendrais pas mais ça reste une option intéressante (uniquement si l’on pioche dans les livres qu’on a déjà).
  • S’inscrire dans des bookclubs : je ne suis sur aucun parce que j’ai du mal à intervenir sur des discussions avec des « inconnus » mais d’après ce que j’ai compris, MxM Bookmark et Juno Publishing proposent des clubs très sympathiques.
  • Trier sa PAL une à deux fois par an : se séparer des livres qui ne nous intéressent plus ou simplement les déplacer pour mettre en avant ceux qui nous font plus envie.

J’ai établi les principaux points qui peuvent concerner les possesseurs d’immenses PAL mais la liste peut s’agrandir.

Par contre, comme vous pouvez le constater, j’y trouve plus de négatif que de positif. La seule chose d’efficace dans l’immédiat serait de ne plus rien acheter pour limiter la casse.

Seulement, on ne peut pas dire que j’y mette du mien.


Et vous, comment gérez-vous cette pile à lire ? Est-ce que ça vous préoccupe ?

N’hésitez pas à allonger la liste des points positifs et négatifs concernant les grandes PAL avec vos points de vue sur le sujet et à laisser un commentaire en proposant des astuces si vous en avez.

A très bientôt pour un nouvel article.

11 commentaires sur “[Blabla] Gestion de la PAL (pile à lire)

  1. Article intéressant 🙂
    Je te rejoins sur les points négatifs à avoir une grande PAL sauf « Lire mécaniquement » qui ne m’est encore jamais arrivé.
    Mais comme la lecture est une passion, cela tend, pour moi du moins, à défier la logique : rationnellement, cela n’a pas beaucoup d’intérêt (surtout que je n’ai vraiment plus aucune place chez moi), mais émotionnellement, ça me procure un tel plaisir de fouiner et trouver de jolies perles livresques à lire que ce soit dans une semaine ou cinq ans, que ça outrepasse tous les désagréments…
    Pour diminuer sa PAL, la piste des challenges marche bien sur moi mais c’est vrai qu’il y a le risque d’acheter pour répondre à toutes les catégories…
    Et je suis impressionnée par la passion que tu as pu avoir pour les romances, c’est génial d’avoir pu autant explorer un genre.

    Aimé par 2 personnes

    1. Je te souhaite de ne jamais avoir la sensation de lire mécaniquement. C’est horrible. 😕 Je me sens toujours mal vis-à-vis du livre quand ça m’arrive.
      Je vois ce que tu veux dire pour le côté « passion ».
      Voilà, si les challenges ne t’obligent pas à acheter, c’est mieux.

      L’avantage des romances, surtout des vieilles romances, c’est que l construction reste assez similaire de l’une à l’autre même si les personnages, le contexte, peut-être les messages ne sont pas les mêmes, il y a une récurrence qui facilite la lecture. Il y en avait des plus intéressantes que d’autres, notamment je me souviens d’un « presse de la cité » qui avait pour toile de fond l’Égypte et ses croyances. C’était une histoire vraiment bien écrite, riche et cela même si la romance était au cœur du roman. C’était dans leur collection Sortilège. J’en ai lu quelques uns qui étaient bons en matière de suspense (disons que si on compare à la date de parution, ça envoyait du lourd). Je ne sais pas si j’en relisais si je conserverai ce ressenti.

      Aimé par 1 personne

      1. J’imagine à quel point ça doit être désagréable comme expérience et ressenti…
        Je vois ce que tu veux dire pour la romance, je le ressens un petit peu dans la collection Aventures et passions dans laquelle j’aime bien piocher de temps en temps.

        Aimé par 1 personne

  2. Personnellement depuis le confinement je n’ai plus de PAL, et ce qui s’en rapproche le plus est finalement les grosses piles de bouquins empruntés en médiathèque. Mais comme pour eux j’ai une dessine je ne peux pas me permettre de trop les garder et j’en fais donc des lectures prioritaires. Ca me permet de gérer simplement et naturellement.

    Et je n’ai plus les moyens d’acheter et de ne pas lire finalement.

    Aimé par 2 personnes

    1. C’est plutôt bien de fonctionner de cette manière. Au pire, tu sais que tu peux emprunter à nouveau si tu n’as pas eu le temps de lire non plus.

      Oui le fait que j’y consacre un certain budget est aussi à prendre en compte. J’ai un peu peur de ne plus pouvoir et de manquer.

      Aimé par 1 personne

  3. Article très intéressant ! Je n’avais pas évoqué l’aspect financier dans mon article, mais il rentre en compte et parfois quand je retire une vingtaine de livres non lus et que je ne lirais jamais je me maudis un peu de mes achats…

    J’ai essayé de ne plus rien acheter ou d’acheter des livres que j’avais lu et je voulais posséder, mais j’avoue avoir craqué ^^ » Notamment quand je pars en librairie d’occasion et que je découvre une super série, forcément je vais prendre la suite par exemple :p Néanmoins j’ai une PAL qui est en dessous des 50 livres pour le moment et je compte à la réduire à néant è_é

    Aimé par 2 personnes

    1. C’est à dire que pour bien faire, il faudrait agir en fonction de nos convictions et de nos rapports avec les livres. Si tu achètes un livre d’occaz’ parce que tu sais qu’il te le faut, ou pour compléter des séries, ce n’est pas nécessairement négatif.

      Et selon mes propres critères, les espaces de stockage pour nos livres sont décisifs dans le choix ce nous séparer ou non, d’acheter ou pas.
      Dans le cas où ma « cave » serait retapée/isolée (on est sur une maison à étage où seulement le haut a été construit « habitable »), ça ne me gênerait pas du tout de tout conserver. Mais en l’état actuel, je suis focalisée sur le fait qu’ils s’abîment car mal stockés, et ensuite par les limites imposées par mon espace de vie actuel. Mais je n’écarte pas non plus le fait d’être conservatrice, ce qui n’est pas le cas de tous les lecteurs. 😉

      Moins de 50 livres à lire ? Eh bien, c’est faisable même à moyen terme. Je te souhaite d’y parvenir. 🏆

      Aimé par 1 personne

  4. Hello 🥰
    Alors bien sûr, ton blog me fait découvrir des lectures que je note très soigneusement.
    Je n’ai jamais acheté un livre qui n’a pas été lu (sauf un de Jonathan Little tellement s’était horrible : je l’ai revendu).
    Mes livres sont lus aussi par mes filles (bon, plus maintenant car elles habitent loin…) Et aussi par des copines et conjoint.
    Je n’aime pas être en manque de lecture alors j’en ai toujours quelques-uns d’avance (5 max) et je suis inscrite à la bibliothèque.
    J’aime beaucoup acheter mes livres d’occasion et/ou faire des échanges.
    Parce que, soyons honnêtes : j’ai commencé dans un appartement, après j’ai agrandi pour des appartements plus grands, aujourd’hui j’ai une ancienne ferme et une bibliothèque gigantesque…. qui est insuffisante. J’ai des cartons de livres dans les greniers et une deuxième bibliothèque dans les combles. Si ça continue, je vais habiter dans l’écurie et dormir dans le foin 😉😂.

    Aimé par 1 personne

    1. 😂😂😂 J’aime bien l’idée d’en avoir partout quand c’est possible peut-être pas jusqu’à dormir dans le foin quand même. Enfin, il y a sûrement pire endroit.
      C’est un bon système que tu mets en place pour les livres, te limiter, emprunter, échanger. Et ça n’empêche pas le cumul mais ça reste écolo et économique. Enfin, je le vois ainsi et c’est une bonne chose. 😊

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s