Avis

Le journal d’une âme rêveuse — Camille Pujol

Couverture et présentation :

Alors que l’été touche à sa fin, Adélaïde et Noah passent ensemble leur dernière journée de vacances. Quand ils se séparent, celle-ci tend une lettre à son ami, en lui demandant de ne l’ouvrir qu’après minuit. Quand il la lit enfin, à l’heure convenue, Noah apprend le cœur serré qu’Adélaïde s’en va et qu’elle ne souhaite pas le revoir. Tout ce qui lui reste d’elle désormais, c’est cette clé de boîte postale qui accompagne sa lettre.


Éditeur : Michel Lafon
Grand format : 15€95
Poche : 6€60
Numérique : 9€99
Pages : 225
Sortie : janvier 2018


Avis :

Si cette histoire reste assez prévisible, elle n’en est pas moins touchante.

Le narrateur de cette histoire nous entraîne dans le mystère du départ précipité d’Adélaïde. Principalement aux côtés de Noah, le meilleur ami de cette dernière, nous découvrons le journal d’Adélaïde, journal qu’elle a écrit pour Noah, pour lui confier les choses qu’elle n’a pas su lui dire.

C’est un livre émouvant, qui se lit très vite et ne s’attarde que sur les moments clés de nos jeunes héros. Je n’ai pas pu être indifférente face à la détresse de Noah vis-à-vis de la désertion de son amie.

Si l’on devine aisément ce qui a poussé Adélaïde à agir de cette manière, la pleine clarté n’a lieu qu’à la fin, une fin à laquelle j’aurais préféré échapper. Mais cela, je ne peux guère vous en parler plus sans vous spoiler méchamment le roman.

Si vous aimez les histoires relativement courtes, mettant en scène de jeunes adultes vivant un moment clé de leur vie, découvrez ce livre.

Note : 17/20.

C’est un retour très bref mais l’ambiance « tranche de vie » et le fait de conserver le mystère sur la désertion d’Adélaïde ne permet guère de s’attarder sur les détails, selon mes critères.


Extrait :

Seulement, maintenant qu’il y repensait, l’un des plus grands bureaux de poste de la ville se trouvait juste à la sortie de la bouche de métro de Compans-Caffarelli. Un bureau de poste… avec des boîtes postales. Le jeune homme commença à se rendre compte que sa meilleure amie avait sans doute préparé son départ depuis un sacré bout de temps. Il fut vexé de réaliser que celle qui comptait le plus pour lui avait prévu de le quitter depuis longtemps sans avoir eu le courage de le lui annoncer. Avait-elle honte de l’endroit où elle allait ? Il s’en voulait de ne pas l’avoir deviné plus tôt et d’avoir attendu jusqu’à minuit pour ouvrir cette satanée enveloppe. Dans son esprit, tout se mélangeait : l’incompréhension, l’impuissance et la colère.

Un commentaire sur “Le journal d’une âme rêveuse — Camille Pujol

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s