Avis

Tourmenté///Immuable (Hell’s Horsemen 4 et 5)

Bonjour à vous, j’espère que vous allez bien.

117385719_3165455426901127_4345151618697543490_o

Je vous retrouve avec une série qui a su faire parler d’elle chez les lecteurs de romance parce qu’elle détruit pas mal de codes.

J’ai lu a d’ailleurs publié les premiers tomes avec un avertissement identifiable par les deux cadenas sur la couverture : lectrices avisées.

Mes souvenirs sont un peu flous, depuis le temps, mais autant vous expliquer de quoi il en retourne avant de me lancer dans un avis sur les deux tomes qui étaient encore dans ma PAL.

Le premier tome des Hell’s Horsemen tourne principalement autour d’Eva, fille d’un président de club de motards, qui est folle amoureuse de Deuce, lui-même à la tête d’un autre club. Ces deux clubs ne sont pas vraiment alliés mais Eva n’a que faire de ces histoires. Elle veut Deuce et fera tout pour l’obtenir. C’est un raccourci mais vous avez sûrement saisi l’idée.

Féministes, fuyez très loin de cette série. Les femmes y sont considérées comme de la merde et ne sont qu’objets pour les motards : les viols et abus en tous genres sont légions. Sans plaisanter, Eva, malgré son statut de fille de président, n’échappe pas à quelques drames. Ce sera le cas de toutes les femmes à l’honneur dans cette saga. Fréquenter un motard pour qui la cruauté et l’absence d’émotions (en apparence) est une seconde nature demande beaucoup de cran.

Deuce a travaillé dur pour récupérer le club de son père et le rendre vivable : avant qu’il en prenne la tête, il était mal géré et plein de racailles. Néanmoins, même si Deuce a fait un brin de ménage, aucun de ses hommes n’est un enfant de cœur. Les Hell’s Horsemen flirtent avec l’illégalité et n’hésitent pas à bafouer la loi si nécessaire, du moment que personne ne se fait prendre.

La construction de cette série est un peu étrange, la chronologie y est parfois perturbante. Il m’a été difficile de me situer dans le temps sur certains tomes mais j’ai souvent un problème avec ça.

Le « plus » de cette série reste son originalité puisqu’on est dans une ambiance assez dark mais au moment de sa sortie, on ne peut pas dire que ce type de romances couraient les rues. Je n’ai pas de comparatif, n’étant pas fan du genre « dark » mais ici, c’est autre chose. Je dirai que malgré le côté abusif de certains actes, on reste ancrés dans une réalité et que l’ensemble tient la route dans le milieu des bikers.

Place à l’histoire qui met à l’honneur Dorothy dans Tourmenté. En suivant, ce sera au tour de Preacher, le père d’Eva, de rétablir la vérité sur la mère de sa fille.


Tourmenté
Hell’s Horsemen 4

Dorothy a longtemps été la maîtresse de Jason, membre des Horsemen. Mais cette relation a volé en éclats le jour où la femme de ce dernier l’a blessée avec une arme à feu, alors quelle était enceinte de Hawk, un autre motard du club avec lequel elle entretenait en parallèle une liaison. Ayant miraculeusement survécu, désormais installée en Californie, Dorothy espère se reconstruire, loin des mensonges et des secrets. Cependant, les terribles démons de Hawk resurgissent et mettent en danger la passion qui les lie, pourtant ardente et infinie…

Éditeur : J’ai lu
Papier : 7€95
Numérique : 5€99
Pages : 318
Sortie : juin 2016

Avis :

Dorothy est loin d’avoir eu la vie facile ni celle dont elle avait rêvé. Des désillusions, elle en a connu, et c’est un peu ce qui l’a amenée à tromper son mari avec Jase, un gars des Horsemen. Jase, marié et père de famille, n’a jamais eu l’intention de quitter sa femme même si Dorothy voulait le croire. Désespérée, c’est dans les bras de Hawk, un autre Horseman, qu’elle va trouver du réconfort, qui ne sera pas sans conséquences. La grossesse de Dorothy va déclencher la colère de l’épouse bafouée.

Sept ans après le drame, Dorothy vit loin du club de motard et ne voit que Hawk lorsque ce dernier passe voir leur fils. Les sentiments sont toujours là mais il est difficile de lâcher prise après tous les malheurs qu’ils ont traversés. Loin de se douter que le passé de Hawk va lui péter à la tronche, Dorothy aimerait bien reconquérir le père de son fils.

Difficile de quitter le milieu des bikers lorsque vous avez un enfant avec l’un d’eux et que votre fille aînée est elle-même intimement liée au fils du président. D’ailleurs Dorothy n’a pas que des mauvais souvenirs de la période où elle jouait les potiches pour les Horsemen. De plus, même si Dorothy n’est pas exempte de défauts, elle n’en reste pas moins consciente de ses propres limites. Ce qui en fait une héroïne attachante, de mon point de vue.

Évidemment, elle aurait bien aimé être revendiquée comme la propriété exclusive de Jase, devenir sa régulière, à une époque mais ce titre revenait à son épouse. Pour le reste, elle a toujours composé avec ce que la vie voulait bien lui donner.

Cette histoire ne nous épargne pas des divers scandales qui touchent le club mais reste assez calme comparé à d’autres romans de la série. J’ai eu l’impression que le choix de narrer du point de vue de Dorothy a limité l’implication du lecteur, et cela, malgré la présence de nombreux passages d’un narrateur omniscient.

Le passé de Hawk est un gros truc qui va mettre un peu d’action mais ce tome est assez gentillet, moins crade. Et non, le terme n’est pas mal choisi. Les gangs de motards ne font pas dans la dentelle… Ni avec des femmes, ni en affaires.

L’intrigue étant plutôt moyenne pour celui-ci, je ne m’attarde pas plus. Par contre, ce volume se termine sur un cliffhanger qui n’a rien à voir avec le tome 5.

Note : 15/20.

Extrait :

Contrairement à mon ambitieuse sœur aînée, j’étais une romantique née. Aussi loin que mes souvenirs remontent, j’étais amoureuse de l’idée même de l’amour, gorgée de notions frivoles, cotonneuses, sur ce que le bonheur était vraiment. Pour moi, on ne le trouvait qu’entre les bras d’un homme… Un homme qui serait amoureux de moi.

Je voulais les papillons dans le ventre, les doigts enlacés, les baisers volés sur le siège arrière d’une voiture, les appels téléphoniques tard dans la nuit, la totale. L’anxiété, le désespoir, cette souffrance magnifique, horriblement intense, qu’on appelait l’amour. Du coup, je parais tout de romance.


Immuable
Hell’s Horsemen 5

Preacher sort de prison et rentre chez lui quand, sur la route, une jeune femme tente de lui dérober son portefeuille : Debbie, une ado en fuite, dont il tombe sous le charme. Une passion sans pareil voit le jour, qui les comble. Mais les parents de Preacher sont sauvagement assassinés. Ce dernier n’a désormais d’autre choix que prendre la tête du gang familial, les Silver Demons. Or Preacher réclame vengeance, quitte à mettre sa relation avec Debbie en péril. Face à la haine, l’amour peut-il vaincre ?

Éditeur : J’ai lu
Papier : 7€95
Numérique : 5€99
Pages : 448
Sortie : décembre 2019

Avis :

Ce tome possède un meilleur dosage entre la romance, les affaires du club et ce qui se passe dans la tête des personnages principaux.

Le roman est principalement conté par un narrateur omniscient sauf dans les passages du présent au moment où Eva recueille la confession de son père, elle est la seule à s’exprimer à la première personne.

Madeline Sheehan maîtrise l’art du drame pour ses personnages et l’art d’atteindre le lecteur grâce à cela, ça fonctionne bien avec moi.

Certains secrets font mal. Il est étonnant qu’un homme comme Preacher ait pu conserver, sans que cela fuite aux oreilles de sa fille, les mystères entourant Debbie, la mère d’Eva. Pourtant, Eva va devoir affronter ces révélations mais aussi assurer pour laisser partir son géniteur en paix. On les croit increvables, ces hommes-là. Ils sont tellement forts, guidés par la rage le plus souvent mais au fond, ils restent des êtres ordinaires et ne sont pas des surhommes. C’est donc un tome assez triste, pour Eva mais qui jette un nouvel éclairage sur les Silver Demons. Appréciable, donc.

J’ai beaucoup aimé retrouver le sombre univers des Hell’s Horsemen.

Note : 18/20.

Extrait :

Le Juge n’était pas le genre d’homme avec qui vous aviez une discussion à cœur ouvert. Vous obéissiez, point barre, ou preniez son poing dans la figure. Il ne comprenait que trois choses : le club, la loyauté et la famille, dans cet ordre-là. Le club était toute sa vie, constitué lorsque Gerald était rentré au pays après la Seconde Guerre mondiale. Au début, il ne s’agissait que de lui et de quelques-uns de ses potes de l’armée, qui buvaient des bières et réparaient des motos, mais une fois qu’ils eurent goûté au côté glauque de la vie, le club était devenu une affaire plutôt profitable.

Le Juge n’y voyait rien d’illégal. De son point de vue, leur business, était un moyen de garder l’argent dans les poches des vétérans – des hommes qui avaient placé leur vie en première ligne pour un pays qui leur manquait de reconnaissance et dont ils n’avaient rien obtenu en retour.

Un criminel doté d’une boussole morale fixée sur un point immuable. Voilà qui était le Juge.


Et vous, avez-vous lu cette série ?

A très bientôt pour un nouvel article.

PS : on dirait bien que j’ai réussi à lire mes livres « liquider sa PAL » du mois de juillet. Mon objectif n’est pas encore perdu. 😅😁

3 commentaires sur “Tourmenté///Immuable (Hell’s Horsemen 4 et 5)

    1. C’est une série qui n’est pas « tout public »… Il faut y aller en connaissance de cause et pas attendre une romance douce et rose. Je ne sais pas où j’ai mis les 3 premiers tomes mais j’ai hésité à relire avant de me lancer dans ces deux tomes-ci. Mais j’avais peur de trouver des failles dans ces relectures, notamment à cause des violences. Et si avec le recul, je me retrouvais à critiquer les agissements des personnages ? Bref. C’est une fiction, certes, et vraiment, je n’aimerai pas avoir la vie d’Eva. Cependant, il faut reconnaître la toxicité des relations et le milieu Hyper violent dans lequel elles évoluent. Vraiment pas pour tout le monde. 😉
      Bonne journée. 😘

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s