Avis·manga

[Manga] Ikigami Préavis de mort (l’intégrale) — Motorô Mase

Couverture et présentation du premier volume de l’édition Ultimate :

Dans ce pays, une loi entend assurer la prospérité de la nation en rappelant à tous la valeur de la vie. Pour ce faire, un jeune sur mille entre 18 et 24 ans est arbitrairement condamné à mort par une micro-capsule injectée lors de son entrée à l’école. Lorsqu’on reçoit l’ikigami, c’est qu’il ne nous reste plus que 24 heures à vivre. Mais à quoi passer cette dernière journée, lorsqu’on n’a pas eu le temps de faire sa vie ?

Éditeur : Kazé
Papier : 9€99
Pages : 425
Sortie : 2015
/!\ disponible au format numérique à 4€99 le volume simple
Nombre de tomes : 10 – mais l’édition Ultimate est composée de cinq volumes doubles

Avis (sur l’intégralité de la série et sans spoilers) :

Peut-être que j’aurais dû me lancer dans les trois tomes numériques offerts par Kazé durant le confinement avant de m’acheter l’intégrale parce que ce n’est pas aussi dans l’action que ce que je pensais… Bien que j’aurais probablement voulu connaître la suite, alors mes regrets sont minimes.

Les tomes sont découpés dans le style « tranches de vie » avec l’histoire du receveur du fameux Ikigami. Au moins, peu de risques de se perdre au niveau de cette partie. En parallèle, et s’étalant sur toute la série, on suit le porteur de mort, Kengo Fujimoto, qui va se poser des questions quant à la légitimité de son travail et plus globalement de la loi à propos de l’Ikigami.

Le fond du manga est atroce, cela va sans dire, puisqu’une personne sur mille (ça semble énorme comme ça mais c’est finalement peu si ça tombe sur un proche ou sur soi) se fait injecter un vaccin qui provoquera sa mort quelques années plus tard. Les vaccins se font à l’école et sont obligatoires. Il est donc impossible d’y échapper. Les opposants à la loi sont condamnés (conversion et/ou mort) et sont considérés comme des dégénérés. Ils n’ont pas leur place dans la société et une police spéciale veille à ce que tout roule correctement.

Tous les receveurs de l’Ikigami sont là pour légitimer le respect de la vie et permettent de prendre conscience de sa fragilité. Le gouvernement espère ainsi maintenir un taux de criminalité assez bas. En gros, tuer au hasard pour arriver à faire respecter la vie… (Cherchez l’erreur…)

Si les diverses histoires des condamnés à mort étaient intéressantes, j’ai trouvé que c’était parfois un peu long, voire inutile.

Du côté de Kengo Fujimoto, son cheminement de pensées reste logique et sympathique à découvrir. Cependant, j’ai eu l’impression que ça ne bougeait pas beaucoup non plus. C’est le gros point noir du manga selon moi.

L’ultime volume est bien supérieur puisqu’il conclut les aventures de Kengo Fujimoto. On a donc droit à une petite accélération dans le rythme. A l’appréciation de chaque lecteur, cette fin plaira ou décevra. Pour moi, elle a le goût d’un « tout ça pour ça » même si je ne me suis pas posée plus que questions que cela sur le pourquoi de cette loi, en dehors de l’évidence exposée au départ :

« […] en inoculant la peur de la mort dans notre population qui vit dans la paix, cette loi vise à lui faire redécouvrir la « valeur de la vie »… »

Évidemment, l’ambiance y est révoltante. Chacun pourrait dénoncer son voisin et le cataloguer à vie de dégénéré, ce qui ne manquerait pas d’entacher sa famille par la même occasion. Toute action en ce sens doit se faire en pensant « collectivement » pour assumer pleinement cette décision. Nombreux sont ceux qui sont prêts à tout pour se distinguer en signalant une pensée ou des actes jugés répréhensibles.

Pour Kengo Fujimoto, ce poste de messager le pousse à se remettre constamment en question et à vouloir comprendre pourquoi une telle loi existe et jusqu’à quel point elle est juste, tout en conservant une façade qui prouve son attachement à la nation et à cette loi.

Pour conclure, c’est certainement un manga qui mérite toutes les distinctions qu’il a reçu, ne serait-ce que par sa thématique et les questionnements qu’il amène sur ce qui fait la liberté de l’individu. C’est ce que je retiendrai : la liberté sous toutes ses formes n’est jamais qu’un jouet dans les mains de ceux qui ont le pouvoir. Je n’ai pas particulièrement accroché mais dans l’ensemble ça reste une lecture correcte.

Et vous, que feriez-vous si un employé de mairie venait vous délivrer un préavis de 24h annonçant votre mort programmée ?

Note : 15.5/20.

PS : il y avait matière à vous proposer un retour plus détaillé mais je souhaitais rester en surface pour limiter les risques de divulgation malvenue.


Découvrez également les avis de :


Extrait du premier tome :

Moi qui croyais que la vengeance me soulagerait un peu mais voir que les autres avaient complètement oublié, c’est pire. Je croyais qu’au moins ça me ferait oublier le passé pour repartir du bon pied mais de toute façon, j’aurai pas l’occasion de repartir…

Couvertures des tomes suivants :

5 commentaires sur “[Manga] Ikigami Préavis de mort (l’intégrale) — Motorô Mase

  1. Je suis content que tu aies pu lire toute la série. Je ne peux pas donner d’avis global mais je pense que tu as pu constater que javais été conquis par les trois premiers tomes, et l’univers ainsi que la construction globale du récit !
    J’espère pouvoir lire la suite prochainement !

    Aimé par 1 personne

  2. Merci pour le lien, je ne m’y attendais pas.
    Du coup, je n’ai toujours lu que les trois premiers tomes mais l’histoire me paraît folle.
    C’est pas juste, j’avais presque oublié et j’ai de nouveau très envie de le lire 😋

    Aimé par 1 personne

    1. Désolée, je comptais mettre les liens du premier coup mais hier soir, je me suis rendue compte que j’avais zappé. 😅🤣
      Eh bien, tu liras ça à l’occasion. J’avoue que j’en attendais plus mais ça reste quand même une histoire sympa.

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s