Avis

Je veux un homme qui… (Le Domaine des Manons -3-) — Tamara Balliana

Couverture et présentation :

TBjeveuxunhommequi

Oriane, jeune policière sportive et célibataire, ne rencontre que des hommes qui ne l’intéressent pas, ou qui ne sont pas disponibles à l’instar de Jules, le patron du Café de la Place de Cadenel, qu’elle aime secrètement depuis l’adolescence.

De son côté, Jules est plutôt préoccupé par la préparation de sa soirée, qui s’annonce mémorable. Pari réussi… mais pas tout à fait comme il l’imaginait ! Voir tous ses plans partir en fumée, et se retrouver au poste menotté par Oriane ne faisait certainement pas partie du programme. Mais à cette occasion, lui qui n’a toujours accordé qu’une attention distraite à la jeune femme, s’aperçoit qu’il peut compter sur elle.

Petit à petit, leur amitié se développe, et Jules entreprend d’aider Oriane à trouver l’amour au moyen d’une liste : celle des qualités indispensables à l’homme de sa vie. Mais comment faire comprendre à Jules que le seul homme qu’elle veut, c’est lui ?

Éditeur : Montlake Romance (exclu Amazon)
Numérique : 3€99
Papier : 9€99
Pages : 303
Sortie : 23 juin 2020

Avis :

Merci à Tamara Balliana pour ce service presse. Je dois avouer que j’ai sauté sur l’occasion, ayant apprécié les précédents mais surtout ayant grandement besoin de retourner à mes premières amours : les comédies romantiques de Tamara Balliana sont une valeur sûre pour ma part.

Il n’est pas nécessaire d’avoir lu Quand l’amour s’en mail ou L’amour est dans le chai pour découvrir l’histoire d’Oriane, cette jeune femme dont l’apparence première n’appelle pas forcément à la douceur.

Nous y retrouvons toute la beauté des idées reçues principalement par le biais du physique d’Oriane, très grande, avec des formes, qu’on a pu qualifier de lesbienne ou encore qu’on estime plus bonne copine que charmante petite amie. Et c’est ça, la vraie beauté dans les romans de Tamara Balliana : l’art de se jouer des clichés pour en user à bon escient.

J’ai quand même eu légèrement peur côté romance, mais ça ne surprendra pas l’autrice qui connaît mon aversion pour les triangles amoureux. Ouf, il n’y en a pas vraiment. L’ensemble est finement joué (encore) puisque je me suis laissée transporter. J’ai trouvé que c’était crédible avec un juste milieu d’humour, de sentiments et d’expériences de vie.

J’ai beaucoup aimé voir une jeune policière comme héroïne, d’autant que son rôle n’est pas exagéré. Quant au personnage de Jules, il n’est pas dans la surenchère non plus. Il a conscience de ses qualités et défauts. Son passé de délinquant lui vaut encore le jugement hâtif de ceux qui l’ont connu à l’époque de ses frasques. Il fait contre mauvaise fortune, bon cœur et donne beaucoup de lui-même pour réussir sa vie là où personne n’aurait parié dessus. Il affronte avec brio les épreuves qui l’attendent.

Ce roman démontre toute la difficulté de se (re)construire alors que l’impression générale laisse croire que pour être heureux, il ne faut pas vivre en célibataire. De même, qu’il faudrait attendre une éternité avant de remonter en selle après une rupture pour ne pas subir les remontrances des uns et des autres. Et s’il suffisait simplement de s’écouter un peu pour laisser les bien-pensants et leurs principes sur le bord du chemin ?

Un roman réussi que je vous recommande si vous aimez les comédies romantiques.

Note : 19/20.

Achetez ce livre sur Amazon en cliquant ICI et visitez le site de Tamara Balliana qui a beaucoup de romans à son actif, aussi intéressants les uns que les autres.


Premières lignes :

Je fais mine de scruter avec attention la carte du Café de la Place. Non pas que j’en aie besoin, je la connais à peu près par cœur même si le chef met un point d’honneur à la changer chaque saison. Mais ce que j’y cherche réellement est la réponse à cette question : « Qu’est-ce que je suis censée commander pour faire bonne impression ? »

Je jette un coup d’œil à l’homme en face de moi. Il s’appelle Franck. Du moins, c’est ce que son profil sur l’application de rencontres indique, tout comme son âge : 29 ans, et son signe du zodiaque : Verseau. Bien entendu, ce serait mal me connaître que de penser que je vais me contenter de ces simples informations et de quelques discussions en ligne. Mettons cela sur le compte d’une déformation professionnelle – je suis policière. Tout le monde est suspect jusqu’à preuve du contraire. Par contre, pas question d’utiliser les ressources du travail pour mener ma petite enquête. Premièrement, parce que c’est totalement interdit, et deuxièmement… En vérité, il n’y a pas de deuxièmement, j’ai même un tas de contre-arguments, mais mon éthique m’empêche de violer cette règle.

Un commentaire sur “Je veux un homme qui… (Le Domaine des Manons -3-) — Tamara Balliana

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s