Avis

Avalanche Hôtel — Niko Tackian

Couverture et présentation :

Surtout, ne vous fiez pas à vos souvenirs !
Janvier 1980, à l’Avalanche Hôtel, sublime palace des Alpes suisses. Joshua Auberson, agent de sécurité, enquête sur la disparition d’une jeune cliente, avec un sentiment d’étrangeté.
Quelque chose cloche autour de lui, il en est sûr. Le barman, un géant taciturne, lui demande de le suivre dans la montagne, en pleine tempête de neige. Joshua a si froid qu’il perd conscience…
… et revient à lui dans une chambre d’hôpital. Il a été pris dans une avalanche, il est resté deux jours dans le coma.
Nous ne sommes pas en 1980 mais en 2018. Joshua n’est pas agent de sécurité, il est flic, et l’Avalanche Hôtel n’est plus qu’une carcasse vide depuis bien longtemps.
Tout cela n’était qu’un rêve dû au coma.
Un rêve, vraiment ?

Éditeur : Calmann-Lévy/Le livre de poche
Grand format : 18€50
Poche : 7€70
Numérique : 7€99
Pages : 285
Sortie : janvier 2019

Avis :

Première fois que je lis cet auteur. Et c’est plutôt une belle découverte.

Les chapitres courts (imaginez que chacun représente une scène d’un film) dynamisent l’histoire pour laisser planer le suspense nécessaire pour garder l’attention du lecteur.

Cependant, le scénario reste assez prévisible. Une fois que l’auteur place les éléments essentiels, on comprends où il veut en venir. Il est presque dommage que le lecteur puisse parvenir à la bonne conclusion avant le héros.

Ce n’est toutefois pas si embêtant que cela sur un livre assez court, d’autant qu’il contient des thèmes bien traités, dont je n’ai pas l’habitude.

Si vous aimez les histoires qui se déroulent dans la montagne et sous la neige, vous serez servis. Au-delà du décor de rêve (ou pas), on aborde ce vaste thème qu’est la mémoire en évoquant les capacités extraordinaires du cerveau et de manière très accessible sans se transformer en cours médical indigeste. Il me paraît primordial de le préciser parce qu’il y a des ouvrages qui peuvent se transformer en cauchemar et qui deviennent plus difficile à apprécier. Pas celui-ci.

Joshua, notre héros, se retrouve donc dans une spirale où le rêve et la réalité se confondent et où il ne sait plus à qui, à quoi accorder crédit. (C’est une comparaison foireuse mais j’ai pensé à Reset de Tetsuya Tsutsui même si ici, il n’est pas question de jeu vidéo, par rapport à la difficulté de distinguer ce qui serait réel de ce qui ne le serait pas.)

L’ambiance reste très étrange, voire angoissante par moment, même si de mon côté j’avais la sensation de pouvoir prévoir la direction qu’allait prendre l’histoire. De fait, l’immersion n’était pas totale mais je ne nie pas le côté terrifiant des situations.

C’est donc un bon moment de lecture mais pas inoubliable. En revanche, c’est typiquement le genre de scénario que j’aime voir en téléfilm.

Note : 17/20


IMG_20200507_104226.jpg
Premières lignes de Avalanche Hôtel

3 commentaires sur “Avalanche Hôtel — Niko Tackian

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s