Avis·jeunesse

Le dernier Olympien (Percy Jackson -5-) — Rick Riordan

Couverture et présentation :

bm_13459_755618

Toute l’année, Percy et son armée de demi-dieux se sont préparés à affronter les Titans. L’heure est venue. Les troupes de Cronos avancent vers Manhattan où l’Olympe est en danger. Tandis que Percy et ses amis luttent, ils savent que le temps est compté. La prophétie va s’accomplir : Percy prendra une décision qui condamnera ou sauvera le monde. Mais cette décision, quelle est-elle ?

Éditeur : Albin Michel/Le Livre de Poche
Poche : 7€90
Pages : 425
Sortie : Septembre 2010 (première édition)

Avis :

Ça commence fort. Percy abandonne Rachel (l’humaine qui peut voir au travers de la Brume) pour une mission urgente qui tourne au vinaigre. Et ce n’est que le début d’une bataille aux allures de fin du monde.

Ce tome clôture parfaitement les aventures de nos jeunes héros avec quelques rebondissements (plus ou moins prévisibles).

Les Dieux sont admirés le plus souvent mais qu’ils se comportent comme des êtres arrogants et égoïstes et ne mesurent pas le poids de leurs décisions. Percy va devoir faire preuve de courage pour leur rappeler à tous que pour vivre dans la paix et la félicité, il faut savoir faire des concessions.

La ville de New-York subit les assauts des troupes de Cronos, elles-mêmes, mise en déroute par ceux qui ont bien voulu rallier Percy. Les Titans ne sont pas des cibles faciles à abattre et de nombreuses pertes seront à déplorer dans les deux camps.

Un tome étonnant parfois, mais qui prend toute la mesure de ce qu’implique l’amour : très bien représenté par Annabeth et Luke tout au long de la série, dont on n’est pas bien certain qu’il s’agisse d’amitié, d’amour filial ou de sentiments plus amoureux. Luke prouve à plusieurs reprises que son désir de vengeance est plus fort que tout mais les révélations de ce combat final montrent aussi que c’est trop facile de juger sur les apparences.

Tous les individus qu’on a pu croiser au fil de l’histoire font preuve de courage, y compris ceux auxquels on ne s’attend pas. Ça illustre parfaitement ma façon de voir les comportements humains : juger quelqu’un sur un seul de ses actes n’est guère concluant surtout si l’on omet le contexte du dit acte. Une action ou une parole ne suffit pas à déterminer la nature profonde de quelqu’un. Je trouve intéressant qu’on puisse aborder ce sujet dans ce roman jeunesse.

Côte mythologie, nous sommes servis ! Outre les dieux, les quelques créatures les plus connues, on croise une flopée de dieux oubliés (les mineurs) et des êtres dont on parle peu souvent : de quoi plaire aux plus curieux et étoffer les connaissances les plus répandues.

Comme précédemment, lire Percy Jackson ne laisse pas le temps de souffler : action, action et encore action. De la bagarre, du sang, des trahisons, des découvertes, difficile de s’ennuyer si on se laisse prendre au jeu.

J’ai, finalement, passé un super moment en compagnie de tous ces héros. Cette sage est idéale pour que la jeunesse se familiarise avec la mythologie grecque. Pour un adulte, ça part peut-être trop dans tous les sens et n’approfondit pas nécessairement ce que l’on voudrait, mais c’est avant tout une question d’attentes. A découvrir pour ceux qui sont prêts à tenter cette plongée épique vu depuis un fils de Poséidon.

Note :  17/20.


Premières lignes :

La fin du monde a commencé à l’instant où un pégase s’est posé sur le capot de ma voiture.

Jusqu’alors, je passais un après-midi super. En principe je n’avais pas le droit de conduire vu que j’allais avoir seize ans que la semaine suivante, mais ma mère et mon beau-père, Paul, m’avaient emmené avec mon amie Rachel à une plage privée de South Shore, à Staten Island, et Paul nous avait laissés faire un petit tour dans sa Prius.

Je sais ce que vous allez dire : « C’est fou, quelle irresponsabilité de sa part, patati, patata… » Mais Paul me connaît bien. Il m’a vu tailler des démons en pièces et sauter par la fenêtre d’un école en flamme, alors il a dû se dire que conduire une voiture sur quelques centaines de mètres n’était sans doute pas le plus grand danger que je courrais.

Un commentaire sur “Le dernier Olympien (Percy Jackson -5-) — Rick Riordan

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s