Avis

15/30/45 — Claire Some

Couverture et présentation :

Jules a toujours aimé la maison de vacances de ses parents. La Provence y a un goût d’enfance avec sa cabane dans les arbres, le chant des cigales le soir au bord du lac et les souvenirs qu’on y dépoussière avec des sourires attendris.

Mais cette année-là, tout est différent. Jules a trente ans et, dans deux semaines, il se mariera avec Marc, son compagnon. Il descend donc en Provence pour y préparer la cérémonie et retaper le vieux kiosque du jardin.

Ses parents sont là, ainsi que les Delestre, des amis de la famille accompagnés de leur fils, Eric. Eric que Jules avait presque oublié, même si le revoir lui donne l’impression de retrouver l’insouciance de leur première rencontre. Entre souvenirs d’adolescence et bricolage, la vie leur offre quinze jours pour tenter de rattraper quinze années de silence. Un arrêt sur image avant le grand saut.

Deux amis d’enfance, l’été en Provence, une famille, le cap de la trentaine, la vie qui s’écoule au rythme des ratés de deux cœurs qui se croisent et s’entrecroisent, se cherchent sans vraiment savoir quel sera le bon moment pour se trouver.

Éditeur : Mix éditions
Papier : 14€
Numérique : 4€49
Pages : 256
Sortie : Août 2018

Avis :

Merci à Sully Holt de m’avoir convaincue d’extraire ce livre de ma PAL (retrouvez son article sur son blog, elle en parle mieux que moi). Pour tout vous dire, je craignais le triangle amoureux et le cœur malheureux.

Et en réalité, c’est plutôt le cœur pensif. Je n’étais pas tout à fait prête à ça non plus.

Le ton du roman est assez distant en apparence mais il creuse un chemin sûr dans la tête du lecteur jusqu’à s’infiltrer en plein cœur pour les plus réceptifs.

Au premier abord, tout semble dénué de sens, même en observant le drôle de couple formé par Marc et Jules. Pourquoi sont-ils séparés si longtemps à l’approche de leur mariage ? En cela, ils ont tout du couple moderne, celui dans lequel chacun vaque à ses occupations sans ressentir le besoin d’y intégrer l’autre. Traitez-moi de vieux jeu mais quelques heures sans ma moitié, c’est déjà trop. Alors, en effet, la situation de Marc et Jules n’est pas si étrange, elle est probablement très commune mais elle contribue à instaurer un climat propice aux questionnements existentiels. Alors l’arrivée d’Eric est ce qu’il faut pour booster le cerveau de Jules et le pousser dans ses retranchements. Rien de brutal, c’est étonnamment rempli de douceur.

Lire ce roman, c’est profiter de la nostalgie de l’enfance où tout y semble facile depuis la vie d’adulte. C’est vivre quelques heures en compagnie d’hommes qui partagent des instants simples, parfois interdits mais qui le font le cœur naïf, comme si rien ne saurait les atteindre.

Existe-t-il un moment idéal dans nos vies pour certains actes manqués ?

Un roman réaliste à savourer sur ce qu’on accorde à la raison et au cœur dans nos quotidiens routiniers.

Note : 18/20.

Un commentaire sur “15/30/45 — Claire Some

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s