Avis

Point lecture : quatre retours rapides

Bonjour à vous, ces derniers temps, je galère à écrire quelques lignes sur mes lectures.

Plutôt que d’attendre le bilan mensuel, je choisis de vous partager certains d’entre eux aujourd’hui.

Au sommaire :

  • Nyankees
  • Des bottes en peau de serpent
  • Le Canard et le Loup ou comment se trouver sans se chercher
  • Comment j’ai rencontré un ange…

Nyankees — Atsushi Okada

Ils vivent en bande et en marge de la société. Comme tous les délinquants qui se respectent, ils sont prêts à tout pour défendre leur territoire face aux intrus, et ne refusent jamais une bonne baston. Mais ces durs-à-cuire ne sont pas tout à fait comme vous l’imaginez… Ce sont des chats de gouttière bien teigneux ! Tout juste débarqué à Nekonaki, Ryûsei, un chat balafré, part en quête d’un boss tricolore… Et c’est tout un quartier qui va s’embraser !

Et si en plein combat, les chats étaient représentés comme des fûryô, ces loubards japonais ? Un manga décalé et stylé pour les amateurs d’action !

Éditeur : Doki Doki
Papier : 7€50
Pages : 180
Sortie : février 2020

C’est sur le blog de L’apprenti Otaku que j’ai vu passer ce titre. J’ai été intriguée par le concept. Les chats y sont représentés par des humains dans plusieurs scènes.

L’ensemble est vraiment sympa et ce premier tome met en place une intrigue qui fait son petit effet. Qui est ce boss que cherche Ryûsei ? Et pourquoi ? Ryûsei ne semble rien connaître des règles de la ville et du quartier. Autant dire que ceux qui font les règles cherchent à mater la bête pour lui expliquer comment ça fonctionne ! Pas mal d’action à prévoir avec des bastons dignes de ce nom, de l’humour aussi, le tout en compagnie de notre animal fétiche.

Note : 18/20.


Des bottes en peau de serpent — Xara X. Xanakas

Jeff Cordata a toujours su que les loups pouvaient se montrer dangereux. Non pas que les serpents soient bien mieux, comme ses expériences le lui ont prouvé. Pas facile d’être un boa-garou dans un monde qui adule les lycanthropes.

Quand le client qu’il reluque depuis des mois se révèle être un loup des plus intéressés par sa personne, son premier instinct est de fuir, mais son attirance pour Brad Cannidy est indéniable malgré les relations tendues entre leurs familles.

Jeff se retrouve face à une décision des plus difficiles, mais c’est le moment que son ex choisit pour refaire surface dans sa vie sous la forme de bottes en peau d’anaconda, et la chasse à l’homme commence avec pour cible le meurtrier qui s’amuse à transformer les garous en accessoires de mode.

Éditeur : Reines-Beaux
Papier : 12€
Pages : 188
Sortie : juillet 2017

Avis :

J’avais prévu un double retour avec ce tome puisque j’ai aussi acheté le tome 2. Sauf que je n’ai toujours pas réussi à lire le second. Les jours passent et pour le moment, peu probable que je le reprenne.

Bon… Le fait est qu’il y a beaucoup de passages érotiques qui nuisent un peu à l’histoire, de mon point de vue.

On a donc une romance plutôt hot sans être trop poussive dans les scènes sauf qui vous avez quelque chose contre l’utilisation des attributs des animaux lors de ces fameux passages. L’autrice n’hésite vraiment pas à user des particularités du serpent et du loup dans ces moments là. Ce qui peut rendre l’ambiance assez étrange.

Les idées proposées sont bonnes, bien que parfois pas suffisamment exploitées donnant l’impression d’une histoire frivole.

Jeff, le boa, mène une vie assez basique et admire de loin un client régulier…. Il pense d’ailleurs n’avoir aucune chance, souffrant de complexes qui le poussent à se définir comme banal.

Brad, le loup, n’a qu’une idée en tête et c’est séduire Jeff.

Ils entament une liaison, laquelle évolue rapidement vers des sentiments plus amoureux.

Si vous attendez après les bottes en peau de serpent et le pseudo suspense que laissent entendre le résumé éditeur, vous serez déçus. C’est long à venir et traité brièvement ou trop légèrement selon moi.

Pour conclure, ce roman avec des Métamorphes a tout pour plaire mais uniquement si on n’attend rien de profond.

Note : 12/20.


Comment j’ai rencontré un ange… — Estel Stark

Certaines personnes naissent sous une bonne étoile et d’autres n’ont pas cette chance. Certains d’entre vous diront sûrement que j’appartiens à la seconde catégorie. Pour ma part, cela n’a aucune importance.
Depuis toujours, je vis dans l’ombre de mon frère aîné. Mes parents ont toujours souhaité avoir une fille comme deuxième enfant. Malheureusement pour eux, je suis né garçon.

Éditeur : auto-édition
Papier : 12€66
Numérique : 0€99
Pages : 146
Sortie : décembre 2017

Avis :

Premier point : il y a quelques fautes, ce qui pourra décourager certains lecteurs, même si ça ne m’a pas empêchée de le lire jusqu’au bout. Je tiens aussi à souligner que c’est un des rares romans que j’ai bouclé en cette période plutôt délicate moralement.

On y évoque les violences conjugales et la maltraitance d’enfant, ce qui est un bon point.

Côté romance, elle est trop légère ou disons, trop facile, ce qui passe de moins en moins dans mes lectures.

L’ensemble se laisse gentiment lire pour passer un joli moment malgré tout. A découvrir si la thématique vous tente.

Note : 13/20.


Le Canard et le Loup ou comment se trouver sans se chercher — VD Prin

Pasqual Beaujon est un métamorphe canard, vivant au sein de son nid dans une petite ville discrète. Rejeté par les siens à cause de sa filiation – sa mère a fauté avec un paon et il en est la preuve incontournable – il vaque à ses occupations, se moquant bien de ce que l’on pense de lui. Il n’est pas et ne sera jamais le « vilain petit canard » de la fable de Hans Christian Andersen. Son existence va changer lors d’un séjour dans la maison que possède le nid. Désireux de s’y ressourcer et afin de permettre à son animal de s’ébattre tranquillement dans le lac à proximité, il est pris en otage par un homme, un métamorphe loup. Ce dernier ne se soucie absolument pas de ses cris de protestation. Cris qui se transformeront en vocalises lorsque la passion va réunir ces deux mâles que rien ne destinait à se rencontrer. Mais la passion ne suffit pas à établir une relation et, d’ailleurs, aucun des deux ne le souhaite.

Éditeur : auto-édition
Papier : 12€
Numérique : 3€50
Pages : 141
Sortie : février 2019

Ça faisait longtemps que je n’avais pas lu un livre de cette autrice et pourtant, j’ai apprécié la plupart de ses histoires.

VD Prin en avait parlé, cette histoire est née d’un défi et ce texte est plutôt à prendre à la rigolade. D’ailleurs, il vaut mieux vu le départ en fanfare avec quelques comportements contestables.

Pasqual subit le harcèlement de ses congénères. Sa mère est particulière. Elle souffle le chaud et le froid si bien qu’on peut se demander pourquoi ce dernier n’a pas pris son envol d’autant qu’il est autonome. C’est une relation que j’ose qualifier de toxique même si ça donne lieu à quelques passages hilarants.

Sa rencontre avec le grand méchant loup défie la morale à cause de sa violence. Le caractère ingérable de Pasqual face à ce Loup dictateur offre une romance brut de décoffrage.

Le gros point noir, bien que cela relève d’une question d’appréciation, vient de la violence gratuite qu’il y a à certains moments : de mon point de vue, c’est nuisible pour la romance, sauf si vous êtes un brin maso.

Les idées sont bonnes, l’histoire fait son petit chemin et permet de nous faire passer un bon moment, si l’on passe outre les capacités de certains à user de leur force physique pour obtenir ce qu’il souhaite.

Note : 14/20.


Voilà pour ce condensé dominical.

J’ai aussi lu Manhole de Tetsuya Tsutsui mais seulement le premier tome. Je vous en parle lorsque j’aurai reçu les deux autres, ce qui n’arrivera peut-être pas tout de suite.

J’espère que tout va pour le mieux pour vous. A très bientôt.

PS : n’hésitez pas à partager en commentaire votre lecture en cours ou votre dernier coup de cœur.

6 commentaires sur “Point lecture : quatre retours rapides

  1. Ptdrrrrr oula! La douche froide pour le tome sur les serpents et meta, en lisant le résumé jme suis dit « ah ! C’est atypique sur les personnages surnaturels, j’vais peut-être l’ajouter » et en lisant ton avis j’ai fait demi tour sec mdrr
    Déjà les attributs utilisés jme suis dit « weird mais pourquoi pas ? » par contre le fait que ça soit banal, pas profond, absence de suspense mettant longtemps à venir ET QU’EN PLUS ya trop de scènes hot-> 🏃‍♀️ (c’est moi qui part en courant). Et je lis que des webtoons en anglais en ce moment pour décompresser des révisions le soir, les titres m’échappent (par rapport à ton dernier paragraphe)

    Aimé par 1 personne

    1. Décompresse, tu as bien raison. J’ai été moins « angoissée » en ne lisant plus tout ce que je voyais passer sur FB. Donc, je suis revenue dessus mais je passe le fil d’actu différemment.
      Hum… Oui. En fait, il y a un potentiel énorme dans Ménagerie magique, au moins le premier tome, mais je ne suis pas bon public pour le coup. Puis, je commence à en avoir ras le bol des résumés qui t’en disent trop. Pour moi, un résumé se contente de t’evoquer le premier quart sinon c’est abusé. On attend après. Et les scènes hot, il y avait sûrement moyen de les réduire pour privilégier des éléments d’histoire. J’ai eu de très belles lectures ce mois-ci et de moins bonnes (plus que ces derniers temps) mais je n’écarte pas la possibilité que le climat joue beaucoup sur ces appréciations.

      J'aime

Répondre à L'Apprenti Otaku Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s