Avis

Ceux qui savent — Julien Messemackers

Couverture et présentation :


Alexandre, jeune veuf au bout du rouleau, n’a qu’un seul espoir : celui de voir guérir sa fille, Hélène, atteinte d’une maladie orpheline depuis l’âge de 6 ans. Lorsque Frederick Stern, spécialiste des thérapies géniques, fait irruption dans leur vie en proposant de sauver l’adolescente, Alexandre croit à un miracle. À l’institut Stern, tout semble idyllique : Hélène suit un traitement révolutionnaire et découvre l’intensité du premier amour avec Simon, un jeune patient. Mais le rêve tourne vite au cauchemar quand Alexandre découvre les véritables agissements du scientifique, qui utilise sa fille comme cobaye. Alors qu’il cherche à prendre la fuite avec elle pour la protéger, Hélène lui impose de partir avec Simon. Sans autre choix que de les emmener tous les deux, le père va prendre tous les risques pour sauver sa fille mais il ignore encore le pire à venir…

Éditeur : Anne Carrière
Papier : 20€50
Numérique : 6€99
Pages : 320
Sortie : juin 2017

Avis :

Depuis quelques temps déjà, ce livre était dans ma wishlist. Suite à la chronique de Mélanie du blog Mateiva, j’ai eu très envie de le découvrir.

Je ne sais pas si c’est le climat ambiant ou si c’est le roman, j’ai eu un mal fou à le lire. Le départ était un peu lent, qui ce m’a paru dommage pour un thriller.

Nous découvrons un joli duo père/fille, le père est désespéré, la fille malade. On peut couper le livre en trois parties. Une première pour présenter le contexte, une seconde pour l’institut et une troisième pour la fuite.

Si la mise en place m’a semblé longue, c’est qu’il ne s’y passe pas grand chose que j’associe au thriller. Il ne s’agit que des cinquante premières pages mais ce sont les plus importantes. J’ai aussi pensé qu’une fois à l’institut, l’ambiance serait plus cauchemardesque. Mais ce n’est que vers la centième page que les choses s’accélèrent avec la fameuse fuite.

Je ne vous apprends rien de plus que ce que le résumé dévoile mais justement, ce dernier donne des indications sur le premier tiers du roman, ce qui provoque des attentes de lecture, attentes qui ont eu du mal à être comblées vu le rythme.

Les points positifs sont la relation père/fille qui évolue positivement, la découverte du premier amour, quelques passages d’action, le côté solidaire qui se dégage de certains moments et le sujet initial : les modifications génétiques.

Rien à redire sur la forme, c’est bien écrit, néanmoins, peu accrocheur pour moi.

C’est donc très personnel mais ça ne l’a pas fait pour moi. C’est bien pour ça que je vous invite à aller lire le retour de Mélanie, partagé en début d’article. Elle a adoré ce livre.

Ma note : 12/20.

Si vous l’avez lu, n’hésitez pas à me dire si vous avez aimé ou non et pourquoi.

Un commentaire sur “Ceux qui savent — Julien Messemackers

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s