Avis·jeunesse

Maux d’enfants – Mon meilleur ami – Marginal – Requiem de Sébastien Tissandier

Mon meilleur ami

Couverture et présentation :

Sans titre.png

Tristan, un petit garçon rondouillard, fait sa rentrée en classe de sixième. Souffre-douleur de ses camarades à l’école primaire à cause de son surpoids, il espère que l’entrée au collège lui apportera enfin la liberté qu’il recherche.

Mais il va très vite déchanter, allant de désillusion en désillusion. Jusqu’à l’arrivée dans sa classe de Kevin, qui deviendra son meilleur ami.

Grâce à Kevin, Tristan va prendre de l’assurance et retrouver goût à la vie. Mais Kevin est-il réellement celui qu’il semble être ?

Éditeur : auto-édition
Papier : 10€
Numérique : 3€99
Pages : 138
Sortie : mars 2016

Mon avis :

C’est un autre livre sur le harcèlement scolaire, sujet qui me tient à cœur, ayant vécu quelques déconvenues moi aussi. Toutefois, mes camarades étaient des « gentils » quand je lis certains témoignages qui glacent le sang.

Dans ce roman, nous découvrons Tristan, élève laissé seul et moqué par ses camarades à cause de son surpoids.

Classique, j’en conviens, mais l’auteur précise que c’est tiré de faits réels. Sébastien Tissandier ne s’est pas contenté d’écrire une histoire type et a creusé le sujet pour nous offrir un dénouement inattendu. Je peux vous dire que c’est excellent. (Je précise que je me suis honteusement coupée l’herbe sous le pied en feuilletant le livre et en laissant mes yeux errer et cibler des mots-clés.)

Tristan est victime de harcèlement depuis très longtemps et espère que sa rentrée au collège lui permettra de changer ça. Évidemment, ça n’arrive pas. Ce n’est qu’à l’arrivée du nouveau qu’il peut enfin apercevoir un peu de lumière, respirer et connaître les joies de l’amitié.

Ce roman se lit d’une traite. Il est bien écrit. Il intrigue autant qu’il dégoûte. Croyez-moi, ce que vit Tristan, c’est moche, très moche mais c’est malheureusement le quotidien des enfants jugés différents des groupes dominants. Bien sûr qu’il existe des degrés de violence et des degrés de souffrance. Pour autant, faut-il minimiser les choses ? Il y a un nombre infini de traumatismes qui résulte du harcèlement scolaire. Vous ne pouvez jamais savoir l’impact réel d’un évènement de ce genre surtout lorsque vous le jugez insignifiant. Alors que la personne qui le vit et le subit le prend pour elle et à cœur, puisqu’elle est visée, elle est au centre, ne possède pas le recul nécessaire et n’a assurément pas la confiance pour contrer ou ne pas se laisser atteindre. C’est de la violence gratuite, morale ou physique. C’est incompréhensible pour la victime.

Je ne prolonge pas plus mes pensées à ce sujet. Sachez simplement que ce roman est une petite merveille (bien trop courte) mais qui transporte du début à la fin, qui touche et percute. Personne ne doit être indifférent à Tristan, les jeunes comme les moins jeunes. Le harcèlement ne doit pas être banalisé.

Ce roman se range parmi mes coups de cœur de cette année par sa capacité à nous entraîner et les messages qu’il transmet.

Ma note : 20/20.


Marginal

Alex est un adolescent comme les autres : ses parents l’aiment plus que tout, sont à son écoute, fiers de son parcours scolaire. Il possède une vie sociale… Voilà pour les apparences. Car Alex leur cache un secret qui devient trop lourd à garder.
Lorsqu’un soir, le jeune homme se décide enfin à le leur révéler, confiant, il est loin de s’imaginer que son monde doré va s’écrouler, faisant de lui un marginal…
Entre liberté et dictat de la société, Alex a fait son choix. Et vous ? Qu’auriez-vous fait à sa place ?…

Numérique : 2€99
Pages : 14
Sortie : juin 2017

Mon avis :

Un texte fort et percutant.

Alex fait un choix, celui de la vérité alors que ses parents optent plutôt pour la facilité. Incapables de faire face, ils vont placer leur enfant dans une situation terrible. Ce n’est pas tant l’histoire d’Alex qui est terrible, c’est la réalité qui se cache derrière, c’est arrivé et ça arrive encore à beaucoup trop de personnes. Une courte nouvelle qui m’aura rendu triste. À découvrir.


Requiem


Mia est une « enfant-travailleur » au Bangladesh. Tous les jours, sa vie est rythmée par le bruit des machines à coudre.
Pour surmonter son dur labeur, elle s’évade grâce à la musique répercutée par les machines. Mais un jour, l’orchestre accueille un nouvel instrument.
Fascinée par ce dernier, Mia se laisse emporter par la mélodie de ce nouvel arrivant. Lui permettra-t-il d’échapper à sa condition d’esclave ?
Texte en hommage aux victimes de l’effondrement du Rana Plaza, Bangladesh, le 13 mai 2003.

Numérique : 0€99
Pages : 4
Sortie : juin 2017

Mon avis :

Nouvelle frappante, comme précédemment. Contexte différent mais situation intenable. À découvrir aussi.

2 commentaires sur “Maux d’enfants – Mon meilleur ami – Marginal – Requiem de Sébastien Tissandier

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s