Avis

Désirs défendus de F.V. Estyer

Couverture et présentation :

fvestyersam.png

Un professeur. Un étudiant. Une histoire interdite.

Depuis ce jour d’été qui a fait basculer son monde, James part à la dérive. Son travail est la seule chose qui l’empêche de sombrer : professeur d’anglais dans le supérieur, l’enseignement est sa vocation.
Mais quand il croise les yeux vert sombre de Noah le jour de la rentrée, et perçoit la détresse qui émane du jeune homme, il comprend immédiatement que cette année, les choses seront différentes. Car jamais encore il n’avait désiré un étudiant… Prendra-t-il, par amour, le risque de transgresser les interdits ?

Éditeur : Hugo Poche
Numérique : 7€99
Papier : 8€50
Pages : 522
Sortie : juin 2019

Mon avis :

J’ai ce roman dans ma PAL depuis sa sortie poche (ou presque) mais je l’ai lu maintenant parce que j’en ai gagné un exemplaire dédicacé lors d’un concours organisé par Sam du blog Sur l’étagère, derrière la sirène en plastique. Merci Mesdames Sam et F.V. Estyer pour ce roman que j’ai apprécié bien plus que prévu.

Je n’ai pas osé lire ce roman plus tôt parce que j’ai eu peur de trouver l’érotisme trop présent et que c’est un beau pavé de 500 pages (comment ça, pas un pavé ? J’ai tellement l’habitude de lire des livres 200-300 pages que celui-ci est un bon gros bébé).

J’ai lu un chapitre vendredi soir et j’ai terminé ce roman le lendemain en soirée. J’ai malgré tout trouvé le temps de m’atteler à mes tâches de maman poule. Ce roman est du genre addictif.

Nous commençons par découvrir James, le prof, qui déprime (c’est même pire que ça !) et sérieusement, je le comprends. Pas évident comme phase à traverser. On le suit dans sa remontée même s’il fait le yoyo. Et ça, jusqu’à ce que Noah arrive : étudiant réservé qui intrigue immédiatement James et lui file un bonne raison de ne plus penser à sa vie morne. Classique ? Relativement. Mais avant que vous ne déguerpissiez, causons un peu de ce qui fait qu’on aime la plume de F.V. Estyer. Outre sa capacité à rendre ses personnages chauds comme la braise (je vous laisse seuls juges du concept), elle maîtrise ses héros dans leurs émotions/pensées/sentiments. Ce n’est pas donné à tout le monde. En plus, Noah et James, sans être méga torturés, en ont gros sur le cœur, ce qui fait que l’autrice a beaucoup de matières pour nous livrer une histoire prof/étudiant qui envoie.

On a une jolie intrigue, un poil de suspense, des personnages à fleur de peau, le goût de l’interdit, un Noël à l’étranger, de la souffrance, du pardon, des silences et des cris… et de l’émotion, celle qui se faufile et t’atteint, même quand tu n’en as pas envie.

Quelques passages m’ont fait grimacer même si je ne retiens pas ça comme un frein pour vous. C’est juste mon côté vieux jeu qui gère mal certaines situations.

James et Noah ne peuvent pas laisser indifférents les amoureux de romances.

Un excellent moment de lecture.

Ma note : 17/20.

5 commentaires sur “Désirs défendus de F.V. Estyer

    1. As-tu lu les retours négatifs sur Amazon par exemple ? Même si je ne les ai pas tous lu mais déjà ça peut t’apporter des éléments qui te pousseront ou non à le lire.
      Plus personnellement, j’ai du mal à détacher le sexe des sentiments, donc certaines scènes étaient de trop. Mais ça reste très subjectif.

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s